Objectifs

                 Les quatre objectifs de programme stratégique et les deux objectifs de gestion définis guideront les programmes du REDDA et aideront la direction et   le personnel à donner la priorité aux actions prévues et aux demandes de prestations prévues.   Ces objectifs stratégiques prennent appui sur les forces et les   domaines de compétences reconnus du REDDA tout en reconnaissant les   limites structurelles de celui-ci et l’existence d’autres sources de prestation de services et de fourniture de produits environnementaux.

Dans la réalisation de ces   objectifs et l’exécution de son programme, le REDDA mettra, en tant que   réseau, l’accent sur la création de partenariats efficaces avec d’autres   organisations œuvrant pour le l’environnement et le développement   durable (EDD), sur l’encouragement de la complémentarité et du partage   des ressources et sur le renforcement des capacités.

Le   REDDA sera reconnu et   valorisé comme        source primordiale   d’expertise, d’information et   d’expérience dans la        conception et   la promotion de stratégies   de plans et de politiques environnementales efficaces en   Afrique.

Du fait de son implication précoce dans le processus de conception de PNAE, le REDDA a énormément d’expérience et d’expertise dans le domaine de la planification et des stratégies            environnementales. La gestion environnementale stratégique n’implique pas seulement une planification à l’échelle et l’échelon     nationaux, mais        également des efforts pour faire aux préoccupations environnementales        transfrontalières et     internationales pressantes, y compris celles        couvertes par les     accords internationaux.

Pour réaliser cet objectif,        outre sa     propre expertise, le REDDA tirera parti des ressources            disponibles auprès d’autres réseaux et institutions et en fera la            promotion. Le REDDA aidera les pays et d’autres institutions de la     région        à mettre au point des stratégies, des plans et des     politiques efficaces :

  • l’organisation et le co-parrainage d’ateliers thématiques réunissant des experts provenant de divers groupes d’intérêt ;
  • la confection et la diffusion de rapports sur les meilleures pratiques et les leçons tirées des expériences de   planification nationale et transfrontalière et de formulation de   politique ;
  • la facilitation de la formulation de positions africaines sur les problèmes environnementaux critiques ;
  • la prestation de services consultatifs ciblés par l’entremise de ces membres ;
  • la collaboration avec des partenaires internationaux clefs pour intégrer les conditions africaines dans les   initiatives internationales de gestion environnementale ;

<li>la mise au point et la diffusion de référence   électronique pour les politiques et les stratégies environnementales   nationales ; et

la diffusion d’informations pertinentes à   travers des ateliers, des bulletins d’informations, les notes et   publications d’information.

Le REDDA sera reconnu comme   source principale d’informations environnementales stratégiques sur les   problèmes environnementaux cruciaux.

Depuis sa création, le REDDA   s’est engagé à soutenir l’élaboration et la diffusion d’informations   environnementales. Avec le développement rapide des organisations   spécialisées dans l’élaboration et la dissémination de ce type   d’informations concernant l’Afrique, il est maintenant possible pour le   REDDA de centrer ses efforts sur la fourniture d’informations   environnementales stratégiques.

En plus des analyses des   problèmes environnementaux critiques, des meilleures pratiques et des   leçons tirées des expériences passées et mentionnées ci-dessus, une   attention particulière sera accordée à la fourniture de rapports   actualisés sur la politique, la stratégie et la planification   environnementales et sur les phénomènes nouveaux dans les domaines   environnementaux cruciaux. Les informations d’importance particulière   pour les membres, tel que les profils de pays mettant en exergue les   organisations et les praticiens du EDD et les points sur des projets   donnés et des initiatives en faveur de l’environnement dans la région,   seront également largement diffusés.

Une plus grande importance sera   accordée aux méthodes de communication électronique dans l’optique de   fournir des informations environnementales précieuses et opportunes aux   membres et autres parties prenantes grâce, entre autres, au bulletin   d’information Eco Flash, au site web du REDDA, aux listes de discussions   et au courrier électronique. Les rapports et les publications   techniques, les brèves et les documents d’expression de position peuvent   également être mises à disposition en copie imprimée.

Entre autres mesures nécessaires pour réaliser cet objectif stratégique, il y a :

  • l’édification de partenariats actifs avec d’autres fournisseurs d’informations ;
  • la mise en œuvre d’une stratégie d’information environnementale basée sur les enquêtes réalisées auprès de membres et   d’utilisateurs ;
  • l’élaboration de profils par pays d’institutions et d’experts environnementaux ;
  • l’identification et la diffusion de rapports et d’études analytiques clés sur les problèmes environnementaux régionaux ;
  • l’analyse et la diffusion de nouvelles de projets et d’initiatives environnementales importantes ; et
  • la recherche de liens vitaux avec d’autres sources de fourniture d’informations environnementales stratégiques.

Objectif stratégique 3  : l’animation de réseaux africains pour  l’environnement

Le REDDA jouera un rôle clé   en permettant aux réseaux d’être efficaces dans la réalisation du   développement durable au plan environnemental aux niveaux régional et   national.

Le REDDA cherchera activement à   créer des partenariats avec d’autres réseaux africains de EDD afin de   maximiser les impacts positifs de nos programmes tout en faisant le   meilleur usage des ressources financières et techniques limitées. Le   REDDA contribuera à l’efficacité et à la durabilité globales des réseaux   en organisant un forum destiné aux réseaux africains de EDD. Les   principaux objectifs de ce forum sont de promouvoir une perspective de   développement durable holistique et d’instituer un mécanisme pour une   action conjointe plus efficace. D’autres réseaux de EDD seront approchés   pour mettre au point des stratégies concrètes pour une collaboration   plus étroite dans les domaines tels que les ressources électroniques   partagées, la coordination des ateliers et des rencontres annuelles, et   les services de gestion financière. Au besoin, Le REDDA facilitera   l’émergence de nouveaux réseaux pour lesquels une demande réelle a été   formulée.

Au plan national, le REDDA fera également la promotion des   réseaux à champs d’action multiples et les soutiendra. Un programme   d’assistance stratégique, technique et financière sera mis en œuvre pour   stimuler la création et la consolidation d’organisations de EDD   nationales et viables comme membres affiliés reconnus du REDDA. Les   membres affiliés au plan national seront des organisations indépendantes   qui ont fait la preuve de leur vif intérêt pour la mission du REDDA et   la promotion du développement durable dans leur pays.

Au nombre des mesures à prendre pour réaliser cet objectif stratégique, il y a :

  • l’appui aux réunions de mise en place d’associations de professionnels oeuvrant dans le domaine de l’EDD et la   création de réseaux formels tel que celui des juristes spécialistes des   questions environnementales et de praticiens de l’Etat de   l’environnement ;
  • la collaboration et le partage des ressources avec les réseaux existants, tels que le Réseau africain des économistes   de l’environnement (African Network of Environmental Economists (ANEE),   le Réseau d’Afrique orientale et australe pour l’économie de   l’environnement (Environmental Economics Network for Eastern and   Southern Africa, EENESA en abrégé), le Programme pour les Systèmes   d’information géographique en Afrique sub-saharienne et MELISSA.
  • l’appui aux réseaux à champs d’action multiples et aux réunions aux niveaux national et régional ;
  • l’élaboration d’un programme détaillé d’appui technique et financier aux membres affiliés nationaux ;
  • l’encouragement de l’intérêt, de l’appui, de l’adhésion d’intérêts du secteur privé au REDDA ;
  • la création de connexions de sites web et la fourniture d’informations sur les autres réseaux environnementaux.

Objectif stratégique 4: l’expertise africaine

Le REDDA œuvrera de manière   significative à l’utilisation par les institutions et firmes régionales   et internationales de l’expertise africaine dans tous les domaines de   gestion et de planification environnementale.

Le REDDA cherchera à accroître à   tous les niveaux l’utilisation par les institutions africaines et   internationales publiques et non gouvernementales et l’accès de   celles-ci à l’expertise africaine. Comme c’est le cas à l’heure   actuelle, Le REDDA continuera d’utiliser et de recommander ses membres   experts pour les services consultatifs et techniques. Par ailleurs, les   instruments tels que le bulletin d’information et le site web seront mis   à contribution pour faire connaître les membres experts par la   diffusion du fichier des experts africains et la mise en relief des   compétences et des travaux accomplis par les membres et les institutions   africaines.

Le présent objectif stratégique sera atteint par :

  • La promotion active du rôle du REDDA en mettant l’expertise environnementale africaine à la disposition des   grandes organisations travaillant en Afrique ;
  • L’utilisation des experts africains pour les missions du REDDA.
  • La quête de feed-back structuré sur la qualité des travaux exécutés par les consultants africains ;
  • La commercialisation de l’expertise africaine grâce à un registre des membres et au site web ; et
  • la description des membres indépendants sur le site web et dans le bulletin du REDDA.

  Objectifs de gestion stratégique 5 : viabilité financière

LE REDDA deviendra   financièrement viable grâce à un statut commercial viable tout en   recherchant des solutions durables aux besoins fixes de financement.

Un effort concerté sera consenti   pour garantir la viabilité financière du REDDA en lançant une grande   campagne de collecte de fonds ou en cherchant à créer une dotation   capable de couvrir les frais de fonctionnement fixes. Des mesures seront   également prises pour donner à l’organisation un statut commercial   adéquat et pour garantir des pratiques commerciales saines. Les   ressources et les compétences du personnel seront, de manière   particulière, mis en avant dans la négociation de contrats et un système   intégral de comptabilité analytique d’exploitation mis en place pour   l’organisation.

Selon les prévisions, une   dotation d’environ 4 millions de dollars EU sera suffisante pour   financer le niveau ciblé de dépenses incompressibles. Il est prévu que   les revenus générés par les droits d’adhésion et les commissions perçues   au titre des services couvrent les 25 % restant des dépenses fixes. Un   financement supplémentaire de programme sera mobilisé auprès d’une   variété de sources africaines au nombre desquelles les organisations   régionales, les gouvernements et le secteur privé et auprès des agences   des Nations Unies, les organisations environnementales internationales   et les agences internationales de développement et de prêt.

La stratégie pour parvenir à la viabilité financière comporte :

  • la création d’une dotation suffisante pour couvrir environ 75 % des dépenses régulières ;
  • le lancement d’une grande campagne de subventions et de dons tant pour le financement de la dotation que pour   les activités du programme ;
  • la réduction des dépenses du programme et de fonctionnement par la création de partenariats efficaces et par le   partage des coûts avec d’autres réseaux et organisations voués au   développement durable en Afrique ;
  • le renforcement de la réputation du nom (de la marque) REDDA par l’octroi d’une place de choix au service à la   clientèle, au contrôle de la qualité, à l’identification claire des   produits REDDA et des services aux membres et aux clients et une   stratégie ciblée de relations publiques ; et
  • la mise en œuvre d’une campagne agressive pour accroître l’adhésion de membres indépendants et institutionnels au   REDDA et pour drainer une source de revenu substantiel tiré des droits   et cotisations.

   Objectif de gestion stratégique 6 : renforcement des capacités institutionnelles

Le REDDA consolidera sa   propre capacité et compétence institutionnelles pour exécuter sa mission   et ses objectifs principaux efficacement et effectivement.

L’organisation doit investir dans ses   ressources humaines si, tant est que l’objectif qui vise à maintenir un   personnel en nombre restreint, motivé et hautement professionnel doit   être atteint. Le REDDA doit aussi prendre des mesures sérieuses pour   faire en sorte de devenir une organisation qui sait tirer des leçons de   l’expérience en améliorant le suivi et l’évaluation, en tenant   totalement compte des résultats des recherches dans les prises de   décisions de gestion, dans l’élaboration et l’exécution de programmes.   Pour réaliser cet objectif stratégique, un nombre de mesures clés de   renforcement de capacité institutionnelle doivent être prises ; ce sont :

  • la conception et la mise en œuvre d’une stratégie de promotion et de visibilité de l’organisation au niveau sous régional ;
  • le recrutement du personnel supplémentaire de programme d’appui pour exécuter des programmes de bases tout en comptant   sur l’expertise des membres pour les projets essentiels et autres   tâches techniques ;
  • la création d’une culture de service en confortant la place de choix donnée à la fourniture de produits et de   services de qualité aux membres et aux clients ;
  • la mise à disposition d’une formation pour le personnel dans les compétences vitales telles que les relations entre   membres, la gestion de projet, les méthodes de communication   électronique et d’autres domaines d’importance pour le fonctionnement du   REDDA ;
  • l’intégration des procédures de suivi et d’évaluation dans les opérations, afin de s’assurer que le REDDA est   capable de tirer des leçons de ses propres expériences afin d’améliorer   la prise de décision en termes de gestion, la prestation de services et   accroître la satisfaction de la clientèle et (du personnel).

Nous suivre

SuperWebTricks Loading...
ArabicEnglishFrench